Une politique agricole et agroalimentaire euro-méditerranéenne

Les contraintes multiples qui pèsent sur la région méditerranéenne constituent un lourd défi : changement climatique compromettant le niveau des récoltes et multipliant les risques sanitaires, dégradation environnementale sévère, inégalités sociales prononcées, compétitivité économique menacée par la concurrence internationale, etc.

 Dans cette optique, il est indispensable de penser et mettre en œuvre des solutions innovantes visant à améliorer la résilience des villes et territoires méditerranéens face à des crises d’ordre environnemental, mais aussi économique, social, et politique. Or, la région méditerranéenne possède de solides atouts : vaste espace maritime et terrestre, biodiversité élevée, énergie solaire de haut niveau, potentiel de croissance économique, savoir-faire et culture millénaires constituant un patrimoine exceptionnel.

 De plus, plusieurs « tendances lourdes » sont à l’œuvre :

- L’autonomisation croissante des collectivités locales et la montée en puissance des « circuits-courts » ;

- Des dynamiques d’innovation agronomique, technologique, organisationnelle au Nord, comme au Sud de la Méditerranée ;

- Les modifications induites par la révolution digitale ;

- L’émergence de nouvelles ressources issues du monde végétal (biomasse, micro-algues, etc.) ;

- La possibilité de construire une sécurité et une souveraineté alimentaires durables et partagées au sein de l’espace constitué par La Verticale « Afrique – Méditerranée – Europe ».

 Aujourd’hui, l’IPEMED s’attèle à explorer ces pistes d’innovation, et a mené notamment en 2016 une étude exploratoire sur le secteur des micro-algues en Méditerranée, en soulignant les potentiels de développement de la filière au Nord et au Sud de la Méditerranée, selon le type d’applications et selon les modèles économiques privilégiés.